Le cerveau du poète en action: le choix des mots en poésie

Stéphanie Riès
doctorante au Laboratoire de Psychologie Cognitive
et au Laboratoire de Neurobiologie de la Cognition,
CNRS & Université d’Aix-Marseille, France.

Comment fonctionne le cerveau du poète lorsqu’il créé sa poésie? La poésie, est-elle le langage « tout à fait à part », cette « langue des dieux » comme le pensaient Ronsard ou La Fontaine au XVIIème siècle? Alors qu’écrire une poésie a pu nous sembler parfois bien difficile, il semblerait que produire des rimes et des phrases rythmées soit en fait ce que notre cerveau préfère! Stéphanie Riès propose ici un aperçu des processus cognitifs qui sous-tendent la sélection langagière, de la production de mots isolés à la création poétique.

Lire l’article:

Le cerveau du poete en action

Ce qu’il faut voir et ce qu’il faut entendre : les mots de la poésie moderne taïwanaise en langue chinoise

Symphonie_Belliqueuse réalisée par Wu Hsiu-ching

Symphonie_Belliqueuse lue par Chen Li

Jérôme Soldani, doctorant en anthropologie à l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative

Comprendre la poésie moderne taïwanaise exige qu’on la replace dans son contexte. Apparue à la fin des années 1940, lorsque le gouvernement nationaliste chinois de Chiang Kai-shek s’exile à Taïwan, elle se démarque du carcan patriotique imposé pour l’effort de guerre contre le communisme. Plusieurs courants se disputent sur les contours formels et le sens que doit prendre cette nouvelle poésie. Le débat repose essentiellement sur le choix entre tradition (chinoise) et modernité (occidentale). La synthèse s’opère sous la génération suivante (dans le courant des années 1970). La rencontre entre ces deux termes donne lieu à des nouvelles explorations des ressources de la langue chinoise. L’une de ces expériences aboutit à la poésie visuelle. Avec Chen Li (1954-), les mots (ou caractères) deviennent le cœur du poème structuré non plus par le rythme mais par sa mise en page. Au cours des deux dernières décennies, le contexte de Taïwan s’impose comme un thème majeur d’une poésie qui ne s’écrit plus dans un langage classique mais dans une langue proche du quotidien.

lire l’article:

Les mots de la poésie moderne à Taiwan

Les « éloges aux bovins » : une présentation poétique du pastoralisme peul.

Anaïs Leblon, doctorante en anthropologie au Centre d’études des mondes africains (Cémaf).

Dans cet article l’auteur décrit les performances poétiques des bergers peuls du Delta Intérieur du fleuve Niger au Mali. Déclamées lors des festivités de retour de transhumance ces éloges aux bovins présentent un style déclamatoire et des procédés stylistiques particuliers. La priorité est donnée à l’aspect phonique des mots qui seront récités dans un flux continu épousant le rythme de la respiration. L’effet sonore parait alors aussi important que le message transmis par les poètes. Ces derniers proposent des représentations de la transhumance et du comportement idéal du berger.

lire la suite:

Article Anais

Lorsque les poétesses centre-américaines choisissent leurs mots : un choix lyrique, social et politique.

Sandra Gondouin, Université de Provence Aix-Marseille I

Au cours du XXe siècle, le discours poétique des femmes en Amérique Centrale a connu de profondes mutations. Le respect du canon traditionnel hérité de la littérature européenne a cédé le pas à une poésie originale et rebelle. De l’irrévérence d’Ana María Rodas à la poésie révolutionnaire de Gioconda Belli, les poétesses centre-américaines se sont approprié le langage du quotidien pour traduire leur réalité. Nous souhaitons montrer comment les mots qu’elles choisissent prennent alors une dimension qui n’est pas seulement lyrique mais également sociale et politique, selon une tendance commune à l’ensemble de l’Amérique Latine, mais à travers des expressions originales.

lire la suite:

Article Sandra

Le choix des mots dans la poésie française du XVIIe siècle : le débat et ses enjeux

Laureen Falcucci, doctorante CRAIRAC, Université de Provence

Le choix des mots – en termes de rhétorique, l’elocutio – est une des données fondamentales de toute expression, orale ou écrite – l’article d’A. Leblon, par exemple, montre l’étonnante précision du vocabulaire des bergers peuls pour désigner leur bétail. Il arrive cependant, à certaines époques, que la question suscite un intérêt tout particulier. La fin de la république romaine, avec la figure de Cicéron, est de ces époques. Le XVIIe siècle français également, notamment en ce qui concerne la poésie. L’objet de cet article est de résumer comment et pourquoi la question du choix des mots apparaît comme fondamentale à l’époque : sur quels points y a-t-il débat, et pourquoi ? La Fontaine, à la fois poète – le seul véritable poète lyrique du règne de Louis XIV, considèrent certaines histoires littéraires – et commentateur perpétuel de son travail, nous servira de fil rouge.

Lire la suite:

Article Laureen