Ce qu’il faut voir et ce qu’il faut entendre : les mots de la poésie moderne taïwanaise en langue chinoise

16 avril 2010
Par

Symphonie_Belliqueuse réalisée par Wu Hsiu-ching

Symphonie_Belliqueuse lue par Chen Li

Jérôme Soldani, doctorant en anthropologie à l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative

Comprendre la poésie moderne taïwanaise exige qu’on la replace dans son contexte. Apparue à la fin des années 1940, lorsque le gouvernement nationaliste chinois de Chiang Kai-shek s’exile à Taïwan, elle se démarque du carcan patriotique imposé pour l’effort de guerre contre le communisme. Plusieurs courants se disputent sur les contours formels et le sens que doit prendre cette nouvelle poésie. Le débat repose essentiellement sur le choix entre tradition (chinoise) et modernité (occidentale). La synthèse s’opère sous la génération suivante (dans le courant des années 1970). La rencontre entre ces deux termes donne lieu à des nouvelles explorations des ressources de la langue chinoise. L’une de ces expériences aboutit à la poésie visuelle. Avec Chen Li (1954-), les mots (ou caractères) deviennent le cœur du poème structuré non plus par le rythme mais par sa mise en page. Au cours des deux dernières décennies, le contexte de Taïwan s’impose comme un thème majeur d’une poésie qui ne s’écrit plus dans un langage classique mais dans une langue proche du quotidien.

lire l'article:

Les mots de la poésie moderne à Taiwan


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Non classé

Laisser un commentaire


Carnets de recherche