Le choix des mots en poésie

« La poésie n’est pas incompréhensible, elle est inexplicable », affirme Octavio Paz. La création poétique peut parfois sembler insaisissable. Elle peut revêtir, à travers l’histoire et à travers le monde, des formes très diverses et même inattendues. La poésie est une réalité aux multiples facettes qui mérite d’être abordée sous plusieurs angles de vue. C’est ce que nous proposons de faire ici, par le prisme de nos disciplines respectives (littérature, anthropologie, neurosciences, mathématiques).

Plutôt que de chercher à définir la poésie, nous avons choisi de croiser nos regards sur l’un des principaux aspects de sa création. La poésie est faite de mots, voila une évidence. Mais comment les poètes les choisissent-ils ? Longtemps considérée comme la « langue des dieux » ou le produit d’une inspiration proche de l’ivresse, la poésie est le fait de femmes et d’hommes qui suivent, détournent ou contestent des normes littéraires, esthétiques ou culturelles. C’est une parole vivante qui répond à des idéaux et des réalités vécues. A moins qu’elle soit issue de la nature même de notre cerveau. En quoi les logiques sociales, les enjeux politiques et les dispositions humaines contribuent-ils à la création poétique ? Génèrent-ils la nécessité de cette production ? Le choix des mots est-il délibéré et conscient ou dépendant de contraintes culturelles et psychologiques ? Ce sont toutes ces dimensions que nos contributions se proposent d’explorer avec le souhait partagé de replacer l’homme au centre de sa poésie.

Anaïs Leblon nous emmène en Afrique, écouter et comprendre la poésie des bergers peuls. Jérôme Soldani aborde le cas de la poésie de Taïwan, tantôt « visuelle », jouant sur l’esthétique et les idées colportées par les caractères chinois, tantôt « sonore », jouant sur les mots et leurs homophones. Sandra Gondouin pose son regard sur les poétesses d’Amérique Centrale et les enjeux sociaux et politiques de leur poésie « du quotidien ». Laureen Falcucci opère un retour dans la France du XVIIème siècle, auprès de ceux qui pratiquèrent et théorisèrent la poésie, La Fontaine en particulier. Stéphanie Riès analyse la poésie depuis un continent commun à tous les peuples, celui de la pensée, et plus spécifiquement le choix lexical qu’accomplit le cerveau du poète. Un film réalisé par Pauline Ayora, Jean-François Bertazon et Elise Vaslet ajoutera, par une mise en abyme, une approche audio-visuelle de cet art des mots qu’est la poésie.

Un commentaire pour “ Le choix des mots en poésie ”

  1. 1080p tvs le 14 octobre 2010 à 15:04

    Your write is motivation for me to find out more about this topic. I must acknowledge your clarity broadened my sentiments and I’ll instantly snatch your rss feed to stay updated on any upcoming articles you might post. You deserve gives thanks for a job well done!

Laisser un commentaire


Carnets de recherche